Cheap Website Traffic
genie civil

pourquoi le nom “Kosovo” pose problème en Espagne

Summary

L’équipe du Kosovo s’est dit attristée par le traitement qui lui est réservé en Espagne, un pays qui ne reconnaît pas son indépendance, en marge du match contre la Roja ce mercredi (20h45), comptant pour les qualifications à la Coupe […]


L’équipe du Kosovo s’est dit attristée par le traitement qui lui est réservé en Espagne, un pays qui ne reconnaît pas son indépendance, en marge du match contre la Roja ce mercredi (20h45), comptant pour les qualifications à la Coupe du monde 2022.

Le football, c’est toujours plus que du football. Et sur le terrain qui accueillera l’affiche entre l’Espagne et le Kosovo, dans le cadre des qualifications à la Coupe du monde 2022, ce mercredi, il sera aussi question de politique, avant le coup d’envoi. Parce que l’Espagne, à l’instar de pays comme la Grèce (qui figure dans le même groupe), la Chine, la Russie, ou encore le Slovaquie, ne reconnaît pas l’indépendance de l’ancienne province serbe. Et cette position provoque des crispations diplomatiques.

Depuis que la date est connue, l’ancienne province serbe, majoritairement peuplée d’Albanais, semble considérer ce match comme une forme d’affirmation nationale. De son côté, Madrid souligne qu’il s’agit d’un simple “événement sportif”. Ce qu’il n’est pas, puisque selon Marca, le terme Kosovo ne sera pas prononcé sur le service public, de même que l’hymne kosovar pourrait ne pas être diffusé aux téléspectateurs espagnols.

Des tensions depuis plusieurs années

“Nous avons beaucoup de mal à comprendre ce comportement dénigrant”, s’est indignée l’équipe de football du Kosovo sur les réseaux sociaux. La position de l’Espagne sur le Kosovo a déjà généré des tensions dans le sport par le passé. L’Espagne a par exemple refusé d’accueillir les rencontres du tour d’élite de qualification pour les championnats d’Europe 2019 des moins de 17 ans opposant sa sélection, la Grèce, le Kosovo et l’Ukraine, qui se sont finalement jouées à Nyon (Suisse).

En novembre 2018, les participants kosovars aux championnats du monde de karaté à Madrid ont en outre dû le faire sous la bannière de la Fédération internationale de karaté, au grand agacement du Comité international olympique (CIO), qui avait durci le ton. Au grand dam de Belgrade, qui considère toujours le Kosovo comme partie intégrante de son territoire, l’UEFA et la FIFA reconnaissent depuis 2016 le Kosovo, qui a déclaré son indépendance de la Serbie en 2008, comme un membre de plein droit.


Source link

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :