website average bounce rate

Le Brent à 77,54 dollars jeudi à Londres Algrie

Les cours du ptrole confirmaient jeudi en cours d’changes europens leurs gains de la veille, alors que les stocks amricains ont recul la semaine prcdente tandis que le march s’inquite des sanctions amricaines contre l’Iran.

Dans l’aprs-midi, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre valait 77,54 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 40 cents par rapport la clture de mercredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de “light sweet crude” (WTI) pour la mme chance prenait 17 cents 69,68 dollars une heure aprs son ouverture.

A midi, le Brent a touch 77,95 dollars, son plus haut depuis plus d’un mois et demi, tandis que le WTI a atteint 70,08 dollars, dpassant le seuil symbolique des 70 dollars le baril pour la premire fois depuis un mois.

Les cours ont grimp mercredi avec la baisse marque des rserves amricaines de ptrole, selon les donnes concernant la semaine prcdente publies par l’Agence amricaine d’information sur l’Energie (EIA).

“Les prix ont particulirement profit de la baisse des produits distills due un bond de la demande”, a comment Sukrit Vijayakar, analyste chez Trifecta Consultants.

A plus long terme, les analystes s’inquitent de plus en plus de voir approcher le dbut du mois de novembre et l’application des sanctions amricaines sur le ptrole iranien, ce qui limitera fortement la capacit d’exportation du troisime producteur de l’Opep.

“A en croire les donnes compiles partir du suivi des tankers par satellite, les exportations iraniennes ont dj chut en amont des sanctions”, a not Giovanni Staunovo, analyste chez UBS, qui estime que le  dbit sortant d’Iran aura diminu d’un million de barils par jour entre avril et fin septembre.

“L’Iran a du mal trouver des compagnies maritimes prtes transporter  son ptrole, de crainte d’tre leur tour sanctionnes par les  Etats-Unis”, a expliqu l’analyste.

Depuis dbut 2017, l’Opep et dix autres producteurs dont la Russie se sont fix des objectifs de production pour limiter l’offre mondiale.

Mais en juin, l’Organisation a redfini ses objectifs pour viter que les baisses de production, notamment en Iran et au Venezuela, ne fassent flamber les prix et ne psent sur la demande.



Source link

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :