website average bounce rate

l’Algrie possde les potentialits pour exporter vers l’Asie Algrie

Le renouvellement des contrats gaziers de long terme avec les pays europens, notamment avec les deux premiers clients, lEspagne et lItalie, est une bonne nouvelle car elle consolide nos parts de march dans cette rgion du monde, a dclar M. Mekideche lAPS. 

Selon lui, lAlgrie devrait penser dsormais intgrer le march asiatique et renforcer sa prsence sur le march africain des hydrocarbures notamment pour ce qui est du GNL.

Cela ncessite, nanmoins, un largissement des rserves nationales et une augmentation de la production en gaz naturel conventionnel et non conventionnel afin de scuriser les engagements du pays vis–vis de ses clients trangers et dassurer la scurit nergtique nationale.  

M.Mekideche a recommand galement une leve des contraintes pesant encore sur le secteur de lnergie travers une ncessaire stabilisation du management et une rvision de la loi sur les hydrocarbures, notamment.

Interrog sur le retard accus par lAlgrie dans la ralisation de sa transition nergtique, il a tenu souligner que les fondamentaux de cette transition avaient tous de gros retards dans leur mise en uvre.

Il sagit de la rationalisation du modle de consommation nergtique par une politique tarifaire approprie, qui permet dviter le gaspillage et la fuite aux frontires du fait de prix relatifs asymtriques avec les pays voisins, ainsi que lefficacit nergtique la fois dans lindustrie, les transports et lhabitat.

Il a galement voqu, dans ce mme sens, limpratif dveloppement des nergies renouvelables notamment llectro-solaire pour lessentiel.

Concernant la rationalisation du modle de consommation nergtique, M. Mikideche a dplor le fait qu ce jour, aucun gouvernement (algrien) na pris le risque de questionner srieusement la structure obsolte des prix de lnergie que ce soit llectricit ou les carburants, ajoutant que les seuls ajustements oprs ce jour ne sont que marginaux.

Sagissant de la promotion des nergies renouvelables, il a expliqu le retard accus dans la mise en uvre du programme national de dveloppement de ces nergies propres par un problme dordre technologique puisque la proportionnalit entre le concentr solaire, sur lequel est bas le programme, et les conditions de stockage de lnergie produite, fait dfaut.

Pour ce qui est de la seconde raison de ce retard, il a voqu la contrainte de financement et lexigence dintgration nationale qui augmente les cots.

A linverse, la diminution significative des cots de production dans le photovoltaque rend la faisabilit des oprations dcentralises plus rapide et plus facile, mais sans production de masse dnergie lectro-solaire, a-t-il soutenu.

Rappelant qu ce jour, plus de 95% de la gnration de llectricit en Algrie provenaient du gaz naturel, M. Mekideche a estim que le passage significatif llectricit partir du solaire doit tre encourag mme si cela ncessite du temps.

En attendant, construisons les capacits scientifiques, technologiques et industrielles qui permettront notre pays dtre non seulement consommateur et exportateur, le cas chant, dnergies renouvelables, mais avec un taux dintgration significatif, a-t-il avanc.

Lexpert a tenu rassurer quil ny avait pas quen Algrie o le dveloppement des nergies renouvelables navanait pas au rythme souhait.

Il a cit, ce titre, le cas de lAllemagne o le charbon existe toujours et de la France o llectronuclaire se maintiendra jusqu 2050, en vertu de leurs lois sur la transition nergtique.

Les Etats-Unis, eux aussi, maintiennent un rythme lev dans leurs productions dhydrocarbures conventionnels et non conventionnels. On le voit galement dans la hausse de la demande mondiale en gaz naturel qui a progress en 2018 un taux, jamais atteint, de 5%, a-t-il fait savoir.



Source link

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :